« Le yoga – Bien vivre ses émotions » Dr Lionel Coudron

Editions Odile Jacob, Paris, 2006.

Lionel Coudron est docteur en médecine, diplômé en acuponcture, nutrition, biologie, médecine du sport et traumatologie du sport. Il est psychothérapeute, formé à l’EMDR. Il enseigne le yoga depuis plus de trente ans. Après avoir été président de l’école de professeurs de la Fédération française de hatha yoga et créé l’association Médecine et Yoga, il est aujourd’hui directeur de l’Institut de yoga thérapie. Il se consacre à la diffusion et à l’enseignement des applications médicales du yoga.

Extrait : « L’essentiel, en quelques mots »

(pages 347-348)

« L’objectif

Parvenir à un état de paix, de conscience et de joie profonde.

Le moyen

Agir sur les émotions perturbatrices génératrices de pensées et de réactions physiologiques négatives.

Les outils

Le yoga, c’est de la respiration, de l’activité physique, de la concentration et le respect de règles.

La respiration

Elle procède par une action de déblocage sur le diaphragme et se répercute directement sur les émotions. Pour cela, on respire profondément, ce qui masse, mobilise, étire l’ensemble des muscles de la respiration qui sont anormalement contractés et génèrent des tensions mentales. Par ailleurs, la fréquence respiratoire s’abaisse, ce qui agit sur les centres bulbaires et les émotions. Il est possible de ne faire que de la respiration : c’est le pranayama. L’efficacité est suffisante, mais on peut également conjuguer la respiration avec les mouvements et les exercices physiques. Au début, on les pratique en dynamique, c’est-à-dire une respiration par mouvement. Par la suite, on peut rester dans la posture, ce sont des exercices statiques, mais il faut toujours respirer lentement et profondément, c’est-à-dire avec une fréquence lente et une amplitude augmentée.

L’activité physique

Les exercices physiques ont plusieurs actions : faciliter la respiration que nous venons de voir, améliorer les qualités ostéoarticulaires et musculaires. Pour cela, on étire les muscles, on les tonifie, on les masse, on les coordonne. Ces exercices améliorent la résistance, l’endurance physique et cardio-vasculaire. Le métabolisme s’optimise. De plus, le mouvement transforme nos sensations physiques désagréables en sensations physiques agréables, ce qui influence directement notre état.

La concentration…

… Mais, on ne se contente pas de respirer, de bouger. On conjugue le tout à la concentration. On porte sa pensée sur ce que l’on fait. Pour cela, le plus simple est d’observer et de sentir ce qui se passe. Les sensations corporelles nous aident à nous absorber dans cette attention. Durant cette concentration, nous ne pensons à rien d’autre, ce qui nous procure une détente psychique. De plus, nous nous connaissons de mieux en mieux par le développement de la proprioception.

Les règles

Enfin, ces trois pratiques doivent se faire selon des règles bien précises, c’est la règle du jeu. Le respect et leur pratique régulière nous aident à développer un certain type de comportement qui devient une « seconde nature ». Plus de confiance, d’énergie, de volonté d’agir positivement. L’ensemble de ces actions conduit à la transformation de notre être, ou de notre état. Nous devenons plus serein.

Les conséquences

Nous bénéficions d’une meilleure santé, nous sommes moins sujet aux maladies, autant les troubles bénins que les maladies graves. Nous augmentons notre espérance de vie tout en nous sentant plus heureux. Nous sommes libéré des poids de notre passé et de nos blocages. Nous sommes plus disponible pour agir en nous adaptant aux différentes situations. Nous sommes également plus disponible pour nous ouvrir aux autres et à la vie en général. Notre personnalité s’équilibre en oscillant moins entre les extrêmes.

Les ambitions

Tous ces processus sont maintenant de mieux en mieux appréhendés à travers les connaissances que la psychologie, la médecine, la science et la technologie nous ont apportées. En retour, le besoin d’associer cette méthode sous différentes formes aux moyens les plus modernes peut véritablement apporter plus de joie à chacun d’entre nous.

Le silence peut aussi se cultiver à travers l’immobilité, la méditation, et déboucher sur ce besoin. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s